news

    Une journée dans la vie : Tim – opérateur de terrain

    Tim a travaillé dans l’ensemble des domaines de l’industrie pétrolière et gazière avant de réorienter sa carrière dans l’agriculture où il est resté pendant quinze ans. Il est ensuite retourné au sein de l’industrie pétrolière et gazière. Il se rappelle d’ailleurs que « la technologie et les pratiques utilisées sur le terrain se sont grandement améliorées. J’ai quitté l’agriculture pour un emploi stable dans une industrie qui sera toujours présente demain. J’ai suivi des cours d’opérateur de terrain au SAIT dans l’espoir que les employeurs dans le secteur pétrolier et gazier me prennent au sérieux. Le métier d’opérateur semblait offrir une carrière stimulante aux attentes élevées. »

    Milieu de travail

    J’ai passé la plupart de mon temps sur le terrain à me déplacer d’un endroit à l’autre avec le camion de l’entreprise. Comme je gère deux lieux, je dois être disponible et avoir un téléavertisseur au cas où quelque chose se passe. Lorsque je reçois un appel, je sais en général quel est le problème et comment le régler immédiatement. Je travaille dix heures par jours de 8 h à 18 h pendant huit jours, avant d’avoir six jours de repos. Le premier hiver sur place peut être difficile, mais on finit par s’y habituer. Une certaine souplesse est possible et comme toute chose dans la vie, il y a toujours une part de planification et d’instabilité lorsqu’on a une famille. J’ai deux jeunes enfants et j’apprécie les activités telles qu’entraîner les jeunes du hockey mineur ou apporter mon aide au rodéo local.

    Les habiletés que j’utilise le plus dans mon travail

    Les aptitudes en mécanique. Les connaissances informatiques jouent un rôle essentiel dans nos activités quotidiennes.

    Pourquoi l’équipe ne peut pas travailler sans moi!

    Ce que je fais chaque jour a d’énormes répercussions sur le rendement des puits isolés. Sans moi, le pétrole et le gaz n’arrivent pas à l’usine.

    Ce que j’aime dans mon travail

    Être dehors et avoir une certaine indépendance. Nos contremaîtres sont extraordinaires et nous avons suffisamment de responsabilités pour être fiers de ce que nous faisons.

    Mon parcours professionnel

    Lorsque j’ai postulé pour un emploi auprès de CNRL, j’avais peur d’être un peu âgé pour changer de carrière. J’ai passé quinze ans dans le secteur du détail agricole avant de venir travailler à CNRL. J’ai vraiment été étonné par les diverses origines des gens. Les personnes qui ont mené mon entrevue sont nées et ont grandi dans une réserve des Premières nations à proximité de l’usine et ont travaillé comme apprenti en mécanique. D’autres venaient de l’industrie forestière et agricole, et de celle du camionnage.

    Avant de postuler, j’ai suivi un cours d’opération sur le terrain au SAIT par correspondance. Je voulais démontrer que j’envisageais sérieusement de travailler au sein de l’industrie et que ce n’était pas simplement pour le plaisir. CNRL met en avant la formation qui est encouragée par des promotions une fois que vous avez terminé les cours et vous êtes assez investi dans votre travail.

    Ce qui m’a le plus surpris au sujet de l’industrie pétrolière et gazière

    J’ai vraiment été étonné du nombre de responsabilités données aux personnes qui recherchent une carrière stimulante.

    La plus grande reconnaissance reçue au travail

    Je travaillais à CNRL depuis deux ans et demi et j’avais commencé le cours d’opérations sur le terrain, mais je traînais un peu les pieds. J’ai fini par terminer le cours et recevoir une augmentation. Mon superviseur l’a mentionné aux autres et j’ai vraiment eu le sentiment d’avoir accompli quelque chose.

    Réalisation importante dans ma vie

    Avoir acheté un terrain pour construire une résidence de campagne où m’installer avec ma famille.

    Entreprise : Canadian Natural Resources Limited

    Lieu : Région de Knopcik (au nord et à l’ouest de Grande Prairie, Alberta)

    Salaire : on peut consulter les profils des professions de la PSAC pour connaître les salaires moyens d’un opérateur de terrain.

    Formation : douzième année, certificat d’opérateur de terrain en production du SAIT.

    Le salaire, la formation et la promotion peuvent varier d’une entreprise à l’autre.

    Previous Next
    No results were found.