news

    Une journée dans la vie de Greg – géophysicien

    Gephysicist Greg on a worksite

    La carrière de Greg consiste à observer ce qui se cache sous la surface de la Terre. Il utilise ce qu’il voit, entend, détecte et mesure et crée des « images de données » souterraines détaillées pour mieux comprendre les réservoirs de pétrole et de gaz.

    « La géophysique apporte une dimension aux données. Nous voyons très bien ce qui est invisible» , déclare Greg, gestionnaire de projet aux CMC Research Institutes (CMCRI). Il travaille pour l’Institut sur le confinement et la surveillance des CMCRI à Calgary. L’entreprise s’engage à vérifier les nouvelles technologies en mesurant et en surveillant le CO2 injecté et d’autres matériaux de la subsurface.

    Journée typique

    Pour Greg, une journée de travail typique se passe au bureau et sur le terrain.

    « Au bureau, nous encourageons la collaboration, tant à l’interne qu’à l’externe. Les meilleures idées viennent du fait de travailler avec des gens qui ont une expertise différente et qui ont des idées et des façons de penser différentes. Comme je connais bien les divers secteurs de l’industrie de l’énergie, je passe beaucoup de temps à établir des liens entre les idées et les concepts afin d’élargir notre compréhension de la situation dans son ensemble. »

    Greg explique qu’il passe également une bonne partie de son temps au bureau à faire de l’acquisition de données et à interpréter les résultats.

    « Quand je suis sur le terrain, j’effectue l’entretien de l’équipement ou des expériences pratiques. Notre centre de recherche dispose d’une grande variété d’équipements de surveillance qui nécessitent une attention constante, déclare Greg. Nous mettons toujours à l’essai de nouvelles technologies, de nouvelles idées et de nouvelles hypothèses pour trouver les meilleures façons de surveiller le sous-sol. » 

    Devenir géophysicien

    En première année d’études à l’Université de Calgary, Greg a découvert la géophysique et la géologie. Il a rapidement fait des géosciences sa majeure, obtenant un baccalauréat ès sciences en géophysique.

    « La rencontre entre des études scientifiques toujours meilleures et des résultats immédiats tangibles était passionnante et m’a donné envie de faire carrière dans l’exploration », déclare Greg au sujet de sa première source d’inspiration pour travailler dans le secteur de l’énergie au Canada. Il a entrepris sa carrière tout en poursuivant ses études dans le domaine de l’ingénierie des réservoirs et de l’analyse pétrophysique afin de mieux comprendre ce qui se passe dans le sous-sol.

    Il a terminé une maîtrise en administration des affaires de l’Australian Institute of Business environ 10 ans plus tard, ce qui lui a donné une vue d’ensemble de l’industrie pétrolière et gazière.

    « Il est plus facile de comprendre les priorités des professionnels, des entreprises et de l’industrie lorsque vous comprenez mieux où vous vous situez dans le processus », affirme Greg. 

    C’est tellement amusant, dit Greg. Je me sens très chanceux. Nous faisons chaque jour une expérience différente avec des spectromètres de masse, des fibres optiques et d’autres équipements et méthodes. C’est véritablement de l’exploration moderne. 

    Greg, Baccalauréat ès sciences en géophysique et Maîtrise en administration des affaires

    Qu’est-ce qui procure une satisfaction au travail? 

    Aujourd’hui, Greg demeure inspiré et passionné par son travail. Il voit aussi manifestement son apport et celui de ses collègues au secteur de l’énergie.

    « Ce que nous commençons à faire avec le CO2, c’est aider le Canada à obtenir une empreinte carbone négative. »

     Le centre utilise de l’équipement de pointe, notamment un spectromètre de masse (laser) si sensible et précis qu’il peut détecter des parties par milliard de gaz qui fuient ou s’échappent d’un réservoir souterrain. Il en existe seulement quatre du genre au monde. Sur le terrain, cet équipement a même été utilisé pour surveiller les émissions de gaz provenant des bovins de passage.

    « Nous examinons et surveillons tout, dit-il. La façon dont le CO2 peut perturber une formation rocheuse, les changements de température, la résistivité et le mouvement du CO2, notamment. Nous sommes même à l’écoute des gazouillis et des bulles pour comprendre ce qui se passe. »

    Situé dans le sud de l’Alberta, l’Institut sur le confinement et la surveillance (CaMI) est un centre de recherche sur le terrain de 200 hectares où les experts des CMCRI travaillent avec l’industrie pour mettre à l’essai et démontrer des technologies de surveillance de la migration du carbone. Les CMCRI aident l’industrie à mieux comprendre le mouvement des fluides souterrains, ainsi que l’élaboration et l’amélioration des technologies de surveillance pour le stockage du carbone et la détection du méthane.

    « C’est tellement amusant, dit Greg. Je me sens très chanceux. Nous faisons chaque jour une expérience différente avec des spectromètres de masse, des fibres optiques et d’autres équipements et méthodes. C’est véritablement de l’exploration moderne. »

    Selon Greg, la meilleure partie de son travail consiste à travailler en étroite collaboration avec les « esprits les plus brillants du monde entier » afin d’amener les technologies émergentes à l’avant-garde du pétrole et du gaz.

    « Faire partie de la solution pour améliorer la production et réduire l’empreinte environnementale afin d’aider le monde à aller de l’avant sur ces deux fronts est important pour moi. Ces deux facteurs imprègnent l’ensemble de l’industrie pétrolière et gazière », dit-il.

    « Travailler pour le secteur canadien de l’énergie signifie fournir l’énergie la plus propre, la plus verte et la plus éthique au monde. Cela m’a aussi donné l’occasion d’utiliser mes compétences de la façon la plus large possible. »

    Geophysicist reviewing data on a computer screen

    Quelles sont les compétences les plus utilisées au travail?

    Bien que la carrière de Greg ait toujours tourné autour des géosciences et de la technologie, c’est l’échange d’idées et la résolution de problèmes qu’il en est venu à apprécier le plus.

    « Les connaissances et la compréhension que nous avons acquises aux CMCRI de la part de nombreux groupes universitaires internationaux dans le secteur de l’énergie sont vraiment étonnantes, dit-il. C’est grâce à cette camaraderie et à la communication de l’information que nous allons faire progresser les technologies et répondre à nos besoins énergétiques d’une manière responsable et efficace. » 

    En travaillant avec les gens tout au long de la chaîne de valeur du secteur de l’énergie, Greg crée le portrait de données nécessaires pour faire progresser la technologie et le confinement du CO2.

    Enterprise

    CMC Research Institutes

    Lieu

    Calgary, Alberta

    Salaire

    Entre 62,000 $ et 128,000 $

    Études

    Baccalauréat ès sciences en géophysique et Maîtrise en administration des affaires

    Le salaire, la formation et les possibilités de promotion peuvent varier d’une entreprise à une autre.

     

    Previous Next
    No results were found.