news

    Une journée dans la vie de Steve – Associé directeur et fondateur, Qooluun Ventures

    Personne ne sait vraiment ce que l’avenir nous réserve, mais certains comprennent ce qu’il pourrait apporter.

    Steve est l’un d’entre eux.

    Il croit qu’une économie du savoir transformera l’avenir des peuples autochtones de l’intérieur de la Colombie-Britannique. Steve est associé directeur et fondateur de Qooluun Ventures Inc. à Terrace, en Colombie-Britannique. L’expérience de l’entreprise comprend la gouvernance des Premières Nations, la gestion financière, les relations avec le gouvernement et l’industrie, la négociation de traités et la gestion de l’environnement. Il a également été conseiller en chef de la Nation Haisla et a signé le premier accord sur le gaz naturel liquéfié en Colombie-Britannique en 2005.

    « L’économie du savoir, explique-t-il, valorise les idées et l’apprentissage tout au long de la vie. » Les peuples autochtones peuvent obtenir un avantage concurrentiel en ayant accès à du financement et à du soutien pour leurs études postsecondaires auprès d’organismes comme la Stratégie de formation pour les compétences et l’emploi destinée aux Autochtones et les programmes de Work BC.

    Bien plus qu’une journée typique

    La carrière de Steve lui a permis d’assurer des meilleures vies et possibilités pour les Haisla et autres nations. Titulaire d’un MBA pour cadres de la Beedie School of Management de l’Université Simon Fraser à Vancouver, il a conclu plusieurs ententes complexes sur les répercussions et les avantages dans les domaines de l’énergie, de la foresterie, de l’environnement, ainsi que du commerce d’exportation et des pêches. L’une de ces ententes concernait l’emprise du pipeline Pacific Trails entre le lac Summit et Kitimat.

    Ces ententes portent sur les répercussions des projets d’aménagement sur les peuples autochtones et visent à compenser les effets négatifs. Les ententes permettent également aux collectivités autochtones de participer au développement économique et d’en tirer parti.

    Au début de sa carrière, plus Steve travaillait dans ce domaine, plus il cherchait des possibilités différentes pour les Premières Nations.

    « J’ai commencé à étudier les possibilités débouchant sur des emplois durables et bien rémunérés, dit-il. C’est une façon différente d’envisager le développement économique. »

    Comme pour l’avenir, on ne peut pas prédire exactement à quoi ressemblera une « nouvelle économie ». Cependant, il est possible de créer des bases et d’élaborer des objectifs qui révéleront un cadre pour des solutions durables. À mesure que chaque objectif est atteint, la structure de diffusion des leçons apprises peut façonner l’avenir. Ensemble, ces objectifs sont appelés objectifs immédiats.

    Un objectif immédiat consiste à se donner une vision audacieuse sans savoir exactement comment y parvenir.

    Steve explique l’exemple souvent cité du président des États-Unis, John F. Kennedy qui, dans les années 1960, a déclaré que l’Amérique enverrait un homme sur la Lune avant la fin de la décennie. Il a promis que le pays exploiterait de vastes ressources pour tirer parti de leurs connaissances et de leur expérience en vue de les appliquer à des vols spatiaux inhabités et, par la suite, à un atterrissage sur la Lune.

    Pour réaliser cette vision, il faut atteindre une série d’objectifs plus petits, qui vous permettent de voir où vous en êtes et comment vous orienter logiquement vers les prochaines étapes.

    La durabilité de l’environnement fait partie de notre culture, mais notre peuple a besoin d’une exposition accrue à la science et à la formation connexes pour permettre une fusion avec notre savoir traditionnel.

    Steve, MBA pour cadres de la Beedie School of Management, Université Simon-Fraser

    Un objectif commun

    La première étape que Steve a suivie pour réaliser sa vision a été d’assurer une meilleure intendance environnementale des ressources foncières des peuples autochtones.

    « Nous avons dit que nous formerions des gens pour qu’ils deviennent des spécialistes de l’environnement et des surveillants », déclare-t-il. L’idée était de créer des interventions pour aider les gens à surmonter leurs difficultés et à obtenir leurs propres réussites.

    Les progrès se sont poursuivis pas à pas. « J’exerce des pressions dans ce sens depuis dix ans, dit-il. La durabilité de l’environnement fait partie de notre culture, mais notre peuple a besoin d’une exposition accrue à la science et à la formation connexes pour permettre une fusion avec notre savoir traditionnel. »

    Il ajoute : « Je crois que le meilleur potentiel est de travailler avec l’industrie pétrolière et gazière parce qu’elle a les ressources et les incitatifs nécessaires pour assurer la durabilité de l’environnement. »

    Mon oncle m’a dit que nous avons la responsabilité d’aider les sociétés pétrolières et gazières à bien faire les choses. Cela signifie que l’avenir doit donner aux peuples autochtones une « part et un mot à dire » sur les types de projets d’aménagement qui voient le jour.

    Steve, MBA pour cadres de la Beedie School of Management, Université Simon-Fraser 

    Une vision pour l’avenir

    « Dans le passé, les membres des Premières Nations ont surtout occupé des emplois de premier échelon dans le cadre de nombreux projets, dit Steve. Lorsque les projets prennent fin, les emplois disparaissent ». Il veut changer la façon dont les peuples autochtones et l’industrie pétrolière et gazière travaillent ensemble. Sa vision est de donner aux populations et aux entreprises des Premières Nations la possibilité de participer aux appels d’offres et aux contrats de projets. En outre, les sociétés pétrolières et gazières et les Premières Nations doivent apprendre à mieux se connaître.

    « Mon oncle m’a dit que nous avons la responsabilité d’aider les sociétés pétrolières et gazières à bien faire les choses. Cela signifie que l’avenir doit donner aux peuples autochtones une « part et un mot à dire » sur les types de projets d’aménagement qui voient le jour », dit Steve. Il souligne que cette collaboration joue un rôle important dans les efforts du Canada en matière de vérité et de réconciliation.

    « Nous savons où nous voulons en venir, mais nous ne savons pas exactement comment nous y arriverons. Si nous suivons la logique du défunt président Kennedy, et que nous mettons nos vastes ressources à contribution, nous pouvons faire « un pas de géant pour l’humanité » ensemble, ajoute Steve.

    Enterprise

    Qooluun Ventures

    Lieu

    Terrace, British Columbia

    Salaire

    54,000 $ et 106,000 $

    Études

    MBA pour cadres de la Beedie School of Management, Université Simon-Fraser

    Le salaire, la formation et les possibilités de promotion peuvent varier d’une entreprise à une autre.

    Previous Next
    No results were found.