news

    Instantané : Opérateur/opératrice sismique

    Les opérateurs/opératrices sismiques font bouger les choses. Ils font des essais sismiques afin d’enregistrer les ondes sonores dégagées par des sources d’énergie sous la surface de la terre, en prenant soin de déterminer l’emplacement des gisements de minéraux souterrains et des formations rocheuses.

    Une journée de travail typique :

    Les opérateurs/opératrices sismiques font diverses tâches, selon leur rôle et le type d’entreprise pour laquelle ils travaillent. Ils arpentent les terres, dégagent la végétation afin de pouvoir poser les canalisations, forent des trous et y insèrent de la dynamite (ou lorsque la dynamite est interdite, ils se servent de véhicules vibrateurs) puis consignent les données découlant des ondes sismiques.

    Peu importe les tâches auxquelles ils se consacrent, les opérateurs/opératrices sismiques doivent souvent se rendre dans des régions éloignées. C’est pourquoi ils doivent avoir la force physique de gravir des pentes raides et de traîner de l’équipement hors des sentiers battus, dans les montagnes, les forêts, les déserts et les terrains marécageux.

    Types de problèmes susceptibles de se présenter dans le quotidien des opérateurs/opératrices sismiques :

    Pour les opérateurs/opératrices sismiques, la sécurité est toujours à l’avant-plan, car ils travaillent avec des explosifs. Aussi, puisqu’ils travaillent toujours à l’extérieur, les opérateurs/opératrices sismiques doivent être prêts à affronter le froid extrême, les animaux, la saleté, la poussière et les grands bruits.

    Compétences les plus souvent employées :

    Le travail des opérateurs/opératrices sismiques exige de la précision. Pour y parvenir, ils doivent mettent leurs instruments à l’épreuve régulièrement et indiquer correctement les services publics qui sont enfouis, comme les pipelines et les câbles.

    Grand nombre des compétences les plus importantes des opérateurs/opératrices sismiques sont liées au plein air. Ils doivent être prêts à faire face à la faune et au temps hivernal tout en traînant jusqu’à 40 livres d’équipement sur des terrains accidentés. Les opérateurs/opératrices sismiques doivent suivre une formation poussée en sécurité et posséder des qualifications de plein air. Après tout, les personnes qui font bouger les choses devraient toujours être prêtes à faire des rencontres fortuites.

    Previous Next
    No results were found.